Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les critiques de Duartelittle

Les critiques de Duartelittle

Cinéma? Oui, surtout! Musique, séries TV, pièces de théâtre, comédies musicales, concert et autres spectacles? Aussi oui! En bien ou en mal, je “critique” tout (ou presque) ce que je vois. C’est subjectif et assumé, parfois décalé, souvent avec humour. Mon avis, mes goûts et mes couleurs, ça se discute… ou pas ;-)


Cinéma: Les mini-critiques d'Avril

Publié par Duarte Little sur 6 Mai 2016, 13:38pm

Catégories : #Cinéma, #Zootopie, #Demolition, #Truth, #HighRise, #13Hours, #GodsOfEgypt, #Five, #HardcoreHenry

Vus aussi en Avril: ZOOTOPIE, TRUTH, DEMOLITION, HIGH RISE, 13 HOURS, GODS OF EGYPT, FIVE, HARDCORE HENRY

... parce qu'on (donc moi) n'a pas toujours le temps de faire une critique complète pour chaque film, retour tous les mois sur les autres films que j'ai pu voir avec les mini-critiques.

Cinéma: Les mini-critiques d'Avril

FIVE

Film chorale et film de potes à la fois, Five part d'un pitch à la fois sobre et simple pour mettre en scène des situations aussi improbables qu'inédites pour narrer les aventures d'un fils à papa à qui celui-ci coupe les vivres. Pour s'en sortir, il va échafauder un plan surréaliste et entrainer ses amis dans sa chute. Le film en perd même parfois un peu en crédibilté tellement il va loin. Jouant de la réplique et de la repartie, le film multiplie les scènes absurdes et les dialogues barrés, c'est gentiment drôle sans être hilarant.

On retrouve des personnages  assez classiques de la bande d'amis: le fils à papa donc, le Dom Juan, le mec à l'ouest, le mec raisonnable et la copine garçon manqué. Si tous ces personnages se mêlent plutôt bien, c'est surtout le talentueux Pierre Niney qui vole la vedette à ses camarades, avec un rôle qui n'a de cesse de le mettre en avant et du lui offrir les situations et les lignes de textes les plus comiques. On notera la participation divine et nonchalante de Fanny Ardant dans son propre rôle... un brin de folie en plus.

Avec son final inattendu, sans pour autant être exceptionnel, Five est le bon film de potes sympathique qu'on regarde sans ennui, mais sans extase non plus.

6/10 Pas mal

 

Cinéma: Les mini-critiques d'Avril

TRUTH, LE PRIX DE LA VERITE

Inspiré de faits réels, Truth raconte l'histoire vraie d'un groupe de journalistes qui a publié un scoop politique, à la limite du scandale, mais contre qui le système politique va se retourner jusqu'à provoquer leur descente aux enfers.

A l'image de "The Big short", qui expliquait de façon simple et clair la crise financière au commun des mortels, Truth c'est un peu "Le journalisme pour les nuls" qui met à la portée de tous le fonctionnement du système médiatique, politique et juridique. Très vite prenant, et monté comme un véritable thriller, le suspens et la tension monte crescendo tout au long du film, et nous explique comment la politique s'ingère dans les médias et les manipule pour détourner le public du fond du problème en les faisant focaliser sur la forme. On notera l'excellente performance de Robert Redford et de Cate Blanchett, notamment pour la tirade finale absolument sublime de cette dernière face à ses détracteurs.

Film intelligent, à la fois critique de la société et des médias, Truth est la bonne surprise à laquelle je ne m'attendais pas ce mois, car je n'avait pas prévu de le voir au départ. 

8/10 Très bien

Cinéma: Les mini-critiques d'Avril

DEMOLITION

Dans l'univers cinématographique, il est des films que l'on peut qualifier d'ovni, et Demolition est un de ceux-là. Jake Gyllenhaal n'en est d'ailleurs pas à son coup d'essai dans le genre puisqu'il avait déjà joué dans "Enemy", autre film ovni adapté lui aussi d'un roman. S'il est certain qu'à plusieurs moments du film, on se demande un peu ce que l'on est en train de regarder, il n'en est pas moins que notre attention est sans cesse captée.

Demolition raconte comment un homme qui perd sa femme dans un accident va faire son deuil d'un étrange manière lorsqu'il se rend compte qu'il ne semble pas affecté par cette disparition. Sympathisant avec une opératrice de call center, et plus tard avec son jeune fils, notre héros va s'ingénier à tout démolir, au sens propre du terme, autour de lui (d'où le titre du film) avec un calme et un sang froid absolument déconcertant pour son entourage. Mais le titre est aussi une métaphore du travail de deuil du personnage principal, et malgré un sujet plutôt glauque, le film arrive bizarrement à nous faire rire de situations absolument absurdes et parfois génantes

Un film WTF au possible, touchant et dramatique sur le fond, drôle et cocasse dans la forme.

7/10 Bien

Cinéma: Les mini-critiques d'Avril

13 HOURS

Les films de guerre ne m'ont jamais vraiment attirés. Pourtant, 13 Hours, encore un film inspiré d'une histoire vraie, a réussi là où beaucoup d'autres avant lui ont échoué avec moi. Mise en scène comme d'un film d'action façon gros bras, la patte talentueuse de Michael Bay donne à ce récit d'un réel combat de guerre une dimension héroïque comme les blockbusters savent si bien le faire.

Alors oui, comme de nombreux films du genre, il y a beaucoup de pétarades et de fusillades tout au long du film, néanmoins, une fois le décor planté, et tout au long du combat, la vie intime de ses soldats est déroulée, donnant à ce film de guerre s'il en est une dimension humaine.

C'est bien fait et ça se regarde sans ennui, mais ça ne me réconcilie néanmoins pas avec le genre.

6/10 Pas mal

Cinéma: Les mini-critiques d'Avril

GODS OF EGYPT

Attention les yeux, ça envoie du lourd! Mais pas forcément dans le bon sens du terme, méfiez-vous. Film  d'aventures, épique et mythologique, on a l'impression de regarder un film des années 80 avec les moyens d'aujourd'hui: c'est kitsch à mort et complètement dans la surenchère, mais c'est clairement assumé. Pour autant, on ne nous ment pas sur la marchandise et la bande-annonce laisse clairement entrevoir ce qui nous attend. Alors on vient s'installer dans son strapontin avec le plaisir coupable de se dire qu'ils vont en faire trop... et ils en font trop! Beaucoup trop!

Basé sur le mythe des dieux egyptiens, le récit sauce hollywoodienne n'est cependant pas si mauvais, même s'il vire beaucoup (trop) dans le surréalisme et n'échappe pas au Whitewashing (faites-vous expliquer ça par wikipédia). Quelques élements sortent un peu trop du cadre mythologique (Papy sur sa barque dans l'espace, on en parle?), mais ne dénotent pourtant pas de l'ensemble du métrage.

Entièrement fait en images de synthèses, plus ou moins réussis, on peut au moins reconnaitre le talent des acteurs pour avoir tourné quasiment intégralement sur fond vert.

Alors ni bon, ni mauvais, pourtant ça se regarde.

5/10 Moyen

Cinéma: Les mini-critiques d'Avril

HIGH RISE

Mais quest-ce que c'est que ce film???

Parce que certaines bandes-annonces sont alléchantes et attirantes, ici, on se dit qu'on va voir un film conceptuel, où une tour d'habitation fait office de métaphore d'ascencion social, les pauvres en bas, les riches et puissants en haut. 

Tromperie, hérésie, arnaque. Conceptuel certes, le film l'est, surtout dans sa mise en scène qui n'est pas sans rappeler "Orange mécanique" ou "Requiem for a dream". Mais raté, le film l'est tout autant. Peu après le générique, juste après avoir posé son concept social, le film part totalement dans tous les sens, en devient absolument incompréhensible et dès ce moment et jusqu'à la fin on reste là à se demander "mais qu'est-ce que je regarde?": Scène sans dialogue, images ralenties et épileptiques, le tout sur fond d'Abba revisité (c'est bien son seul point fort ça cela dis), le film perd pied... et ses spectateurs.

Le jeu d'acteurs est plutôt bon pourtant, avec un casting plutôt sympa: Tom Hiddleston, Jeremy Irons, Sienna Miller, Luke Evans entre autres... mais je me pose la question de savoir comment, après lecture (et compréhension?) du scénario, ces derniers ont pu se dire "Yes, je veux faire ce film"

Concept intéressant donc, mais traité par dessus la jambe.

2/10 Très mauvais

Cinéma: Les mini-critiques d'Avril

ZOOTOPIE

Un Disney comme on les aime!

Dans la droite lignée des films émancipés de ces dernières années, Zootopie surfe sur cette tendance en offrant un divertissement ludique et amusant pour enfants, mais aussi une double lecture pour adultes très intéressante et foncièrement actuelle. Quand "La reine des neiges" émancipe les femmes ou que "Vice versa" éduque les enfants à l'alchimie des émotions, Zootopie aborde le thème de la peur de l'autre et de la différence dans une subtile et efficace métaphore animale.

Alliant humour, aventure, suspense et morale, Zootopie ne manque pas de bons mots et jeux de mots, d'action et d'enquête, un vrai film policier animé qui apporte une vraie réflexion sur la vie dans une communauté cosmopolite.

Intelligent et amusant, Zootopie ravira les grands comme les petits.

8/10 Très bien

Cinéma: Les mini-critiques d'Avril

HARDCORE HENRY

Avril est vraisemblable le mois du film conceptuel. Quand "Demolition" réussi là où "High rise" échoue (lamentablement), Hardcore Henry s'en tire plutôt bien lui aussi.

Tourné intégralement en caméra subjective, le film est incroyablement immersif. On se sent à la place de ce héros à l'anatomie modifié, doté d'une puissance hors du commun, comme dans un jeu vidéo de type RPG, tout aussi violent et... hardcore. La seule frustration pourrait venir du fait qu'on a pas la manette du jeu, mais on se laisse néanmoins embarquer dans l'aventure.

Si le concept est réussi, l'intrigue l'est tout autant. On est captivé par la mission du héros, et on vit l'aventure avec lui, découvre la machination avec lui, affronte le méchant à ses cotés, et créé des alliances improbables. Avec sa touche de fantastique, Hardcore Henry va au bout de son concept entre réalité augmentée et surréalisme crédible.

Un pari fou, mais un pari réussi.

7/10 Bien

 

Suivez mes critiques sur Twitter ou en devenant fan sur ma page Facebook.

Cinéma: Les mini-critiques d'Avril

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents