Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les critiques de Duartelittle

Les critiques de Duartelittle

Cinéma? Oui, surtout! Musique, séries TV, pièces de théâtre, comédies musicales, concert et autres spectacles? Aussi oui! En bien ou en mal, je “critique” tout (ou presque) ce que je vois. C’est subjectif et assumé, parfois décalé, souvent avec humour. Mon avis, mes goûts et mes couleurs, ça se discute… ou pas ;-)


Cinéma: Les mini-critiques d'Aout 2017

Publié par Duarte Little sur 7 Septembre 2017, 12:17pm

Catégories : #Cinéma, #Valerian, #Annabelle2, #AtomicBlonde, #WindRiver

Vus aussi en Avril: VALERIAN, ANNABELLE 2, ATOMIC BLONDE, WIND RIVER

... parce qu'on (donc moi) n'a pas toujours le temps de faire une critique complète pour chaque film, retour tous les mois sur les autres films que j'ai pu voir avec les mini-critiques.

Cinéma: Les mini-critiques d'Aout 2017

VALERIAN ET LA CITÉ DES MILLES PLANÈTES:

Luc Besson se fait plaisir et réalise un space-opéra qui, même s'il ne manque pas d'effets visuels innovants, n'est pas sans rappeler "Le 5ème élément": l'imagerie SF futuriste, les codes du genre, le duo de héros... beaucoup de points rappellent cet autre succès de Besson, qui se laisse finalement aller à la facilité scénaristique pour mieux se concentrer sur la forme et les prouesses techniques.

SI la lecture du film est fluide, et que la logique semble respectée au premier coup d'oeil, à bien y réfléchir, les incohérences et les raccourcis ne manquent pas. Valerian se veut surtout être un coup d'éclat où le spectacle visuel est permanent, au point de justifier certaines scènes et digressions inutiles qui rallongent le film sans rien apporter à l'histoire si ce n'est un prétexte à balancer quelques effets spéciaux.

Néanmoins, en se laissant aller, le film se regarde sans déplaisir, le spectacle visuel est éblouissant, la galerie de personnage est abondante, la prestation de Rihanna dans la scène de cabaret est étonnamment saisissante, et la scène d'intro au Big Market est au top. Seul le personnage de Valérian, interprété par Dane DeHaan ("A cure for life", article ici), est très vite agaçant en dragueur lourdeau invétéré, et se laisserait facilement voler la vedette pas son acolyte jouée par Cara Delevingne.

Réussite visuelle absolue, dommage pour le scénario trop facile, bien qu'il tienne la route.

6/10 Pas mal

Cinéma: Les mini-critiques d'Aout 2017

ANNABELLE 2, LA CRÉATION DU MAL:

Chronologiquement, on s'y perdrait presque: cette suite du premier épisode de "Annabelle", lui-même spin-off antérieur de "Conjuring", n'est en fait ni plus ni moins que l'origine story de la poupée maléfique... qui se déroule donc avant tout cela, dans la vieille Amérique. 

Mais ce qui est sur, c'est que l'influence du nouveau maitre de l'horreur, James Wan, ici à la production, est indéniablement présente. Très vite une ambiance inquiétante s'installe, les pions se mettent en place petit à petit, et laisse très rapidement place à la terreur.

Annabelle 2 est bien plus effrayant que son prédécesseur, d'une redoutable efficacité en terme de frayeur, et se révèle être un excellent support éducatif pour apprendre aux petites filles que la curiosité est un vilain défaut. On en redemande.

8/10 très bien

Cinéma: Les mini-critiques d'Aout 2017

ATOMIC BLONDE:

Charlize Theron atomise tout dans ce blockbuster d'action et d'espionnage. Si Atomic Blonde rappelle l'intrigue du "Salt" avec Angelina Jolie, le traitement est lui nettement plus violent et rythmé. Le personnage interprété par l'égérie de Dior est badass au possible, castagne et flingue à tout va, dans une débauche d'action aux plans créatifs et scènes bourrées d'imagination.

Dans une Allemagne en pleine chute de mur, l'imagerie et les modes de l'époque sont misent en avant au son d'une bande originale eighties absolument délicieuse et savoureusement  sélectionnée. Le plan-séquence dans l'escalier relève de la prouesse technique et nous présente une actrice capable des plus grands exploits physiques.

L'intrigue ne se démarque pas par son originalité, mais se tient néanmoins malgré quelques difficultés de lectures dues aux trop grand nombres de pistes dévoilées. Mais l'action créative exceptionnelle teintée d'un humour décalé du film suffit à ce que celui-ci mérite le déplacement.

7/10 Bien

Cinéma: Les mini-critiques d'Aout 2017

WIND RIVER:

Jeremy Renner et Elisabeth Oslen, deux super-héros de "Avengers 2" (article ici) se retrouvent ici dans un contexte bien loin de l'univers Marvel. Dans ce polar lancinant et enneigé, les deux acteurs interprètent avec brio, aux antipodes de leur alter-ego aux super-pouvoirs, un duo de personnages écorchés vifs et profonds, plein de blessures et de poésie. 

Le thriller se déroule lentement dans ces somptueux décors du Wyoming pour retranscrire, en le romançant quelque peu, l'histoire vraie d'un drame aussi terrible que glauque qui a touché une partie de la population amérindienne.

Après une narration qui démêle petit à petit les différentes ficelles d'une enquête qui va vite mener nos héros au(x) coupable(s), Wind river vire soudainement dans la violence crue et brutale de ces terres désolées et immaculées, dans un épilogue où la justice et la vengeance se confondent. Glaçant, pas très joyeux, mais efficace.

7/10 Bien

Cinéma: Les mini-critiques d'Aout 2017

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents