Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les critiques de Duartelittle

Les critiques de Duartelittle

Cinéma? Oui, surtout! Musique, séries TV, pièces de théâtre, comédies musicales, concert et autres spectacles? Aussi oui! En bien ou en mal, je “critique” tout (ou presque) ce que je vois. C’est subjectif et assumé, parfois décalé, souvent avec humour. Mon avis, mes goûts et mes couleurs, ça se discute… ou pas ;-)


Cinéma: Kong, Skull Island - 7/10

Publié par Duarte Little sur 29 Mars 2017, 23:52pm

Catégories : #Cinéma, #Action, #Aventure, #Fantastique, #Kong, #Skullisland

Cinéma: Kong, Skull Island - 7/10

Mon avis en quelques mots:

UN REBOOT INTELLIGENT ET PLEIN D'ACTION. CAPTIVANT ET EFFICACE.

 

Critique: Enfin l'histoire de King Kong! Enfin un peu plus de logique, un peu moins de romance et une bonne dose de spectaculaire. Le film de 1976, avec sa romance gorillo-humaine, reste un classique et une référence, c'est certain. Quant à celui de 2005, il a rebooté ce dernier avec des effets spéciaux certes réussis, mais avec une logique qui laisse perplexe: sur une île, tu trouves un macaque, gros certes, mais un macaque quand même, et des dinosaures... mais tu choisis de ramener le macaque, plutôt qu'une espèce disparue depuis des millions d'années?! Sérieusement?! On te demande pas de choper un T-Rex, un dino vegan genre Brontosaure aurait fait l'affaire... enfin bref! Tout ça pour dire que la force de Kong: Skull Island, c'est de raconter l'histoire de Kong, de faire presque l'impasse sur une romance zoophile pas indispensable, d'expliquer et de justifier la présence d'un bestiaire quasi-surnaturel, et de ne ramener personne à la civilisation. Quatre points forts qui font de ce film un blockbuster efficace, visuellement spectaculaire et bien rodé.

 

Car oui, le film nous apprend comment Kong est devenu King, et rien que ça, c'est déjà justifier un titre qui auparavant ne se justifiait que par la taille imposante du macaque. Kong se montre dès les premières minutes du film, les rouages du scénario se mettent en place très rapidement, et il ne faut pas attendre longtemps avant la première scène d'action, prouvant que le monstrueux primate est bel et bien le roi de cette île. Il n'est pas clairement dis comment est né ou a été créé Kong, mais les dialogues des personnages en début de film et certaines scènes le suggèrent très facilement et de façon presqu'évidente. Les origines, ça, c'est fait.

 

Les bestioles improbables et nombreuses (et très très grosses) présentes dans le films ont non seulement une justification "quasi" scientifique (c'est du cinéma, faut pas déconner non plus), mais leur existence nous est expliquée de façon clair et limpide, contrairement à celle des dinos de la version de 2005 qui tombait comme un cheveu sur la soupe. Donc ces monstres sont non seulement justifiés, mais en plus essentiels pour la compréhension globale: Kong est le roi sur l'île, et il l'est parce qu'il est plus fort que tous ces monstres étranges, il est l'espèce dominante (et seul représentant de celle-ci, soit dit en passant). Bon, et admettons-le, toutes ces bestioles sont un prétexte idéal pour des scènes d'actions grandioses et de combats avec le gorille (Qui est-ce qui va prendre une hélice en pleine gueule? Hein?).

 

Dans cette version de King Kong, Kong est clairement le King (le sens de la formule, ah ah). Ce n'est pas une victime, un animal un peu simplet qu'on capture à coups de ruses malveillantes. Non, clairement ici, l'homme ne domine pas l'animal. Les personnages humains sont presque relégués au rang d'accessoires: ce film, c'est son film. Il lui rend honneur et nous le présente comme un mâle dominant intelligent, d'une puissance phénoménal, mais aussi doté d'une certaine sensibilité, surtout vis-à-vis des humains, notamment des indigènes qu'il protège et qui le vénèrent comme un dieu (God Kong?). Sensible oui, mais pas romantique au point de grimper sur les collines avec sa Juliette miniature en main, même si un clin d'oeil aux autres versions est fait dans ses interactions avec Brie Larson

 

La civilisation, on ne la voit qu'au début du film, pour planter le décor et l'intrigue. Le reste n'est que jungle et nature sauvage. Ce n'est pas Kong qui vient à nous, c'est nous qui venons à Kong, dans son habitat naturel. Et ça, d'un point de vue des décors, c'est juste magnifique, voire somptueux. Ajoutez à ça les effets spéciaux époustouflants réalisés sur Kong (ce souci du détail dans le travail du poil, des blessures, de la posture et du regard entre autres), sur ces créatures dangereuses qui peuplent les entrailles de l'île ou sur les animaux fantastiques (rien à voir avec "Harry Potter") imaginaires et inoffensifs qui constituent cet faune incroyable et vous aurez un sentiment d'émerveillement de bout en bout qui ne vous quitte que lors des scènes de combat ou d'action.

 

Notons enfin que le ton est assez léger par moments, notamment avec un humour et un second degré dans certaines scènes et répliques qui sont bienvenus et détendent entre deux bastons, voire parfois en pleine action. Toujours captivant, intelligent et bien réfléchi, Kong: Skull Island revisite le mythe du gros macaque avec discernement et jongle habillement avec les rouages du blockbuster américain pour nous donner au final un film efficace, inattendu sans être surprenant, mais qui remplit le cahier des charges du divertissement avec les honneurs. Effets spéciaux monumentaux et intrigue rythmée, un mix réussi de cinéma pop-corn.

 

Casting: En terme d'acting, on casse un peu les codes des précédentes versions du macaque au cinéma. Fini les "scream queens" qui hurle à la simple vue de l'énorme bête à poil. On donne un peu plus de relief aux personnages tout en leur donnant moins d'importance dans le récit: brillant. En tête de gondole, Tom Hiddleston, qui après une escapade thrillo-fantastique ("Crimson peak", article ici) et un étrange ovni WTF ("High-rise", article ici), s'affranchit de plus en plus du personnage Marvel qu'il interprète dans "Thor" et "Avengers" notamment (articles ici, ici et ) en incarnant un mercenaire qui n'en attendait pas tant et qui va devoir improviser et composer avec ce qui l'attend sur Skull IslandSamuel L. Jackson, autre acteur de l'écurie Marvel, est en grande forme en Colonel de guerre un rien psychotique et revanchard... non sérieux, il fait flipper, presque plus que le gorille. Future égérie de la maison des idées dans le costume de "Captain Marvel", prévu pour 2019, Brie Larson sort son épingle du jeu habilement: ce n'est pas une actrice en devenir, superficielle et capricieuse, c'est une photographe de guerre, courageuse et engagée. Le girl power (ou féminisme, c'est comme vous voulez) ambiant de ces dernières années a métamorphosé la demoiselle en détresse des précédentes versions en réel personnage intelligent et impliqué. John C. Reilly, c'est celui qu'on connait mais on sait pas d'où. L'acteur qui fait des films depuis presque trente ans, mais qui collectionne tellement les seconds rôles qu'on ne saurait citer spontanément un film dans lequel il apparait. Mais ici, chapeau beau l'artiste, il incarne un naufragé complètement fêlé et original avec beaucoup de talent, d'humour et de second degré, mais surtout une grande expérience des lieux et de ses résidents. Enfin, John Goodman est... good! Scientifique à l'origine de l'expédition, c'est aussi le plus menteur et le plus intéressé. Sa partition ici n'a légal que son talent, comme il a pu le faire dans "10 Cloverfield lane" (voir article ici), qui était pourtant mauvais, mais qui ne valait que pour son interprétation.

 

Bilan: Tout comme certains super-héros, King Kong a enfin droit a son origin-story. Un film aux effets spéciaux incroyables qui fait la part belle au roi des singes, qui en explique les racines et la royauté, qui préfère l'action à la romance, le tout dans un royaume somptueux aux décors majestueux où règne la jungle et une faune de créatures extraordinaires. Tout est logique, tout a un sens, l'action ne se substitue jamais au récit et rythme efficacement Kong: Skull Island. Un divertissement fantastique, réussi et cohérent.

 

Ma note: 7/10 Bien

 

Film de Jordan Vogt-Roberts

Avec Tom Hiddleston, Samuel L. Jackson, Brie Larson, John C. Reilly, John Goodman

Sortie le 8 Mars 2017

 

Synopsis: Un groupe d'explorateurs plus différents les uns que les autres s'aventurent au cœur d'une île inconnue du Pacifique, aussi belle que dangereuse. Ils ne savent pas encore qu'ils viennent de pénétrer sur le territoire de Kong…

 

Suivez mes critiques sur Twitter ou en devenant fan sur ma page Facebook.

Cinéma: Kong, Skull Island - 7/10

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents