Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les critiques de Duartelittle

Les critiques de Duartelittle

Cinéma? Oui, surtout! Musique, séries TV, pièces de théâtre, comédies musicales, concert et autres spectacles? Aussi oui! En bien ou en mal, je “critique” tout (ou presque) ce que je vois. C’est subjectif et assumé, parfois décalé, souvent avec humour. Mon avis, mes goûts et mes couleurs, ça se discute… ou pas ;-)


Cinéma: La La Land - 6/10

Publié par Duarte Little sur 6 Février 2017, 16:30pm

Catégories : #Cinéma, #Comédie musicale, #Comédie romantique, #LaLaLand

Cinéma: La La Land - 6/10

Mon avis en quelques mots:

UNE RÉUSSITE VISUELLE, MAIS IL Y MANQUE LA PUISSANCE ÉMOTIONNELLE.

 

Critique: La La Land est globalement inégal selon l'angle de vue par lequel on l'aborde. Si je peux le trouver très bon sur certains points, mon point de vue devient plus nuancé sur certains autres. Pourtant, le film démarre en grandes pompes avec le numéro musical sur l'autoroute (plaisir qui m'a en partie été gâché par ces abrutis de retardataires qui passent devant l'écran avec leur pop-corn), un numéro filmé en plan-séquence avec des mouvements de caméra et une fluidité impressionnante, d'autant plus impressionnante qu'elle n'a été réalisé qu'en une seule prise. Mais après cette entrée en matière, entrainante de part sa musique, et esthétique de part sa mise en scène et ses chorégraphies, je vais bien vite m'apercevoir que le reste du film n'est pas forcément à l'image de cette scène d'intro. Moins rythmé et moins spectaculaire, il sera surtout plus lent et poétique. Mais allons-y point par point.

 

Visuellement, La La Land est absolument sublime. Rendant hommage aux grands classiques de la comédie musicale, il en emprunte toute l'imagerie surannée sans pour autant être kitsch. Réveillant et dépoussiérant les techniques du cinémascope et du technicolor, le réalisateur Damien Chazelle nous propose sa version acidulée, colorée et moderne d'une comédie musicale d'antan, ancrée dans l'époque d'aujourd'hui. Mélangeant ainsi le classique et la modernité, il fait preuve d'un talent indéniable tant dans le cadrage, la prise de vue, le montage et les mouvements de caméras, ces derniers semblant presque danser au rythme des comédiens. Il multiplie aussi les plans-séquence impressionnants de maitrise et de beauté. Le rythme visuelle du film oscille régulièrement entre mise en scène théâtrale et mise en scène réaliste, pour raconter son histoire en la parsemant de numéros musicaux et visuels aussi millimétrés les uns que les autres. Plus qu'un exercice de style, c'est une sorte de défi cinématographique qui ponctue régulièrement une narration plus classique. Mais c'est là aussi son principal défaut, car à trop alterner les techniques, le spectateur ne se laisse du coup pas forcément emporter par une magie globale, tant celle-ci nous remet régulièrement les pieds sur terre. Donc malgré sa fantastique scène d'intro, et le montage de sa scène finale qui clôt le film merveilleusement bien, le centre du film perd un peu de sa majesté et de son emprise en ne faisant pas le choix du tout ou rien.

 

Musicalement, La La Land est relativement léger. Si l'on exclut le thème principal du film qui ouvre et clôture celui-ci, les chansons marquantes et entêtantes sont peu nombreuses, voire absentes. Par chansons, j'entends bien sûr les morceaux chantés, car les thèmes musicaux ne manquent pas dans La La Land. En effet, les comédiens ne donnent de la voix que sur 4 ou 5 titres. L'essentiel de la bande originale reposant sur les thèmes musicaux essentiellement jazzy,  dont certains joués par Ryan Gosling himself, sans doublure. C'est joli, parfois drôle, mais ça n'est pas marquant au point d'en retenir les airs en sortant de la salle, hormis, comme je l'ai déjà dis, pour ce qui est du thème principal. 

 

Vocalement, La La Land est faiblard. Déjà que les morceaux chantés sont peu nombreux, il ont en plus la mauvaise idée d'être susurrés. Ne vous attendez pas à des éclats de voix façon Nicole Kidman et Ewan McGregor dans "Moulin Rouge", on en est loin. L'idée était peut-être de garder le coté intimiste général du film dans les chansons, mais là encore, ça ne prend pas, il manque quelque chose, ce même quelque chose que la scène d'intro nous avait pourtant laissé espérer. Certains diront que le jazz, ça ne se crie pas, et c'est vrai que j'y connais pas grand chose en jazz, mais je pense qu'il aurait été plus judicieux de trouver un juste milieu pour donner au film plus de relief et d'intensité.

 

Narrativement, La La Land est presque quelconque. Il raconte les amours impossibles de deux artistes à la poursuite d'un rêve, en quête de gloire et de reconnaissance. La romance n'a rien d'original et n'émeut (c'est moche ce mot) pas plus que ça. La structure et la mise en scène du film sont peut-être responsables du fait qu'on ne s'attache pas ou peu aux personnages, peut-être qu'à tellement perfectionner la forme, le réalisateur en a négligé le fond, comme s'il ne devait servir qu'à illustrer la technique, tout comme "The Artist" (voir l'article ici) en son temps avait fait cette même erreur de privilégier la forme au fond. L'histoire n'en est pas pour autant ennuyeuse, et pose la question qui se pose à tout artiste, à savoir comment équilibrer sa vie entre le rêve et la réalité, entre l'ambition et le sacrifice. La La Land est une comédie romantico-musicale où la beauté de l'image supplante la romance et la musique

Cinéma: La La Land - 6/10
Cinéma: La La Land - 6/10
Cinéma: La La Land - 6/10
Cinéma: La La Land - 6/10
Cinéma: La La Land - 6/10

Casting: Ryan Gosling, que beaucoup ont découvert dans "Drive", et Emma Stone, que beaucoup ont découvert dans "The amazing Spider-man" (voir l'article ici), tiennent l'affiche du film quasiment à eux seuls. Et si on ne peut nier le bon jeu d'acteur de chacun d'entre eux et l'implication et la conviction qu'ils ont mis dans leur rôle respectif, l'alchimie n'est pas suffisante pour nous emporter dans le mélodrame de leur aventure amoureuse et artistique, faute à une narration qui ne remplit pas son rôle. Néanmoins Ryan Gosling est stupéfiant au piano, qu'il a appris pour les besoins du film et pour se passer de doublure, même sur les plans rapprochés sur ses mains. Emma Stone brille certes par son jeu, mais pas par sa voix fluette qu'on a la chance de voir s'épanouir et s'amplifier, un peu trop tard à la fin du film malheureusement.

 

Bilan: Visuellement sublime, musicalement léger et vocalement faiblard, La La Land est une réussite nuancée par l'inégale qualité de ses différents aspects. Dans une esthétique qui est sans nul doute le point d'orgue du métrage, le récit ne prend pas, et la romance ne touche que peu. Les cadrages, les prises de vues, les mouvements de caméras, le colorama, la photographie, la technique et la mise en scène en générale sont proches de la perfection, c'est certain, c'est même indéniable. Mais c'est malheureusement aux dépens d'une histoire qui touche aussi peu qu'elle emporte. Un bien bel écrin pour un bijou qui ne brille pas assez.

 

Ma note: 6/10 Pas mal

 

Film de Damien Chazelle

Avec Ryan Gosling, Emma Stone, John Legend, J.K. Simmons

Sortie le 25 janvier 2017

 

SynopsisAu cœur de Los Angeles, une actrice en devenir prénommée Mia sert des cafés entre deux auditions. De son côté, Sebastian, passionné de jazz, joue du piano dans des clubs miteux pour assurer sa subsistance. Tous deux sont bien loin de la vie rêvée à laquelle ils aspirent… Le destin va réunir ces doux rêveurs, mais leur coup de foudre résistera-t-il aux tentations, aux déceptions, et à la vie trépidante d’Hollywood ?

 

Suivez mes critiques sur Twitter ou en devenant fan sur ma page Facebook.

Cinéma: La La Land - 6/10

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents