Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les critiques de Duartelittle

Les critiques de Duartelittle

Cinéma? Oui, surtout! Musique, séries TV, pièces de théâtre, comédies musicales, concert et autres spectacles? Aussi oui! En bien ou en mal, je “critique” tout (ou presque) ce que je vois. C’est subjectif et assumé, parfois décalé, souvent avec humour. Mon avis, mes goûts et mes couleurs, ça se discute… ou pas ;-)


Cinéma: Resident Evil, Chapitre Final - 7/10

Publié par Duarte Little sur 28 Janvier 2017, 17:30pm

Catégories : #Cinéma, #Action, #Horreur, #ResidentEvil

Cinéma: Resident Evil, Chapitre Final - 7/10

Mon avis en quelques mots:

UN CONCENTRÉ D'ACTION EXPLOSIVE, APPRÉCIABLE DE BOUT EN BOUT.

 

Critique: Milla Jovovich est enfin de retour pour clôturer la saga post-apocalyptique initiée en 2002. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que dans ce Resident Evil: Chapitre final (RE6), l'action ne manque pas, même si cela ce fait au prix de certaines incohérences scénaristiques. L'épisode précédent, "Resident Evil: Retribution" (voir l'article ici), misait sur l'action et les scènes spectaculaires, en s'offrant un découpage original et inattendu qui ne faisait cependant pas avancer la mythologie de la saga. Le final laissait néanmoins deviner la teneur et le contexte de la suite... mais à tort. Rappel: RE5 se termine sur la toit de la Maison Blanche à Washington. Alice, accompagnée des personnages de Leon Kennedy, Ada Wong et Jill Valentine, issus du jeu vidéo, s'associait au méchant Wesker dans le but de combattre ensemble l'invasion zombie. Mais RE6 commence là où s'arrête cette bataille, faisant l'impasse dessus. Une ellipse bien dommageable, tout juste résumé dans l'intro,  et qui a l'inconvénient de faire disparaitre les trois personnages précédemment cités sans explication, alors même que leur retour était plus qu'attendu (pour moi en tout cas). Un résumé d'intro qui soulève d'ailleurs un certain nombre d'interrogations et présente un certain nombre d'incohérences par rapport aux autres épisodes de la saga (voir article complet ici): sur l'origine de l'épidémie, sur son créateur, sur son responsable, sur la reine rouge ou sur Umbrella Corp notamment.

 

Mais ces quelques incohérences ne gênent en rien l'appréciation globale du film, où les décors apocalyptiques impressionnants ne sont pas sans rappeler ceux de RE3, avec des vues aussi magnifiques que catastrophiques de Washington, New-York ou la ville fictive de Racoon City notamment. Pour clôturer cette saga, le réalisateur Paul W.S. Anderson, déjà à l'oeuvre pour RE1, RE4 et RE5, s'offre un retour aux origines, en ramenant le personnage d'Alice au Hive, à Racoon City, qui est aussi l'occasion pour elle de retrouver la Reine Rouge ("Vous allez tous mourir"). Un bon moyen de boucler la boucle, tout en jouant sur l'effet nostalgique de retrouver un peu l'ambiance de RE1. L'esprit global de la saga est bien là, là où RE5 s'était un peu perdu et fourvoyé, et nous offre un max de scènes de combats et d'action.

 

On retrouve donc une Alice/Milla super badass, dans un concentré d'action tonitruante de bout en bout. Le rythme est effréné, sans laisser place à l'ennui, imbriquant sa narration au fur et à mesure, entre explosion et combats rapprochés (le combat d'Alice suspendue par le pied est d'ailleurs d'une esthétique remarquable). Les scènes spectaculaires ne manquent pas, en s'ouvrant tout d'abord sur une course-poursuite explosive entre Alice et un zombie-monster ailé improbable. C'est d'ailleurs un enchainement de courses-poursuite qui ponctue la première moitié de RE6, en tank ou à moto (remember RE2, nostalgie), comme un road-trip mouvementé sur la route vers Racoon City. La scène d'assaut de la tour est elle aussi impressionnante, spectaculaire et explosive (remember RE4, nostalgie again). S'ensuit alors une descente mortelle au plus profond du Hive, passant par le fameux couloir de laser (remember RE1, nostalgie always) où Alice affronte le Dr Isaacs (il était pas mort lui?) dans un combat aussi violent que chorégraphié. 

 

Alors oui, en terme d'action, RE6 rempli le cahier des charges haut la main: c'est rythmé, frénétique, explosif, effréné, impressionnant, spectaculaire... les adjectifs ne manquent pas. On regrettera cependant le manque de scènes filmées au ralenti qui mettait les scènes d'action en valeur, car ici, les scènes sont parfois illisibles tellement tout va trop vite. On regrettera aussi l'absence de certains personnages qu'on aurait aimé voir revenir: Jill Valentine, Ada wong et Leon Kennedy donc, qu'on voyait à la fin de RE5, et même pourquoi pas Carlos Oliveira ou Rain O'Campo (bon, ils étaient morts, certes, mais ils ont bien réussi à les faire revenir dans RE5 et faire revenir le Dr Isaacs dans RE6), ou encore Chris Redfield, qui n'est pourtant pas laissé pour mort dans RE4. Seul la soeur de ce dernier, Claire, jouée par Ali Larter, est de retour pour notre plus grand plaisir, accompagnée d'un nouveau groupe de survivants, aussi anecdotiques qu'inutiles. Le retour du méchant Wesker est sous exploité, et son final est malheureusement peu glorieux, il méritait un final plus soutenu malgré tout. 

 

Enfin, ce chapitre final est une vrai clôture. Sans spoiler ou donner trop de détail, Alice mène sa mission à son terme, avec ce que ça peut avoir d'avantages et d'inconvénients pour elle. Une fin aussi ingénieuse qu'inattendue, qui apporte des réponses à des questions qu'on pouvait se poser depuis longtemps, notamment sur le passé d'Alice. Une fin qui pourrait laisser entrevoir la possibilité d'une suite, qui serait cependant sans réel intérêt, je pense donc qu'on a affaire à une véritable fin, arrivant au bout des enjeux, un happy end tout à fait relatif et qui mise sur l'émotion et le sens du sacrifice.

 

Casting: Pour sa sixième incarnation du personnage d'Alice dans la saga "Resident Evil", et toujours sous la direction de monsieur son mari, qui l'a aussi dirigé dans le remake des "3 mousquetaires" de 2011 (voir l'article ici), Milla Jovovich nous revient aussi combattive et badass que d'habitude. Impliquée et investie, c'est un plaisir de la retrouver en machine à tuer qui dégomme du zombie à tout va. C'est aussi un plaisir de retrouver Ali Larter, alias Claire Redfield, et ex-"Heroes" de la série du même nom, même si elle n'est pas aussi présente qu'on le souhaiterait dans ce dernier épisode. Le plaisir de retrouver Iain Glen, échappé de "Game of Thrones" le temps d'un ultime retour dans la saga, est lui plus relatif, non pas qu'il joue mal, rien à voir. C'est juste que ce n'est pas un méchant qu'on souhaitait particulièrement retrouver. Au contraire, c'est plaisant de retrouver le personnage de Wesker, joué par un Shawn Roberts charismatique, mais on trouvera juste dommage que le personnage n'ai pas été plus exploité. Enfin, on pardonnera à Wentworth Miller, Sienna Guillory, Michelle Rodriguez, Oded Fehr, Bingbing Li et Johann Urb de ne pas être revenu pour clore la saga, que ce soit parce qu'on ne les a pas rappelé, n'étaient pas intéressés ou parce que leurs autres projets ne le leur permettaient pas. On pardonne, mais on regrette néanmoins leur absence.

 

Bilan: Pleinement réussi et explosif niveau action, mais souffrant d'un certain nombre d'incohérences au niveau du scénario, notamment par rapport à l'univers global des films de la saga, Resident Evil: Chapitre final reste néanmoins un très bon film d'action, très bien rythmé, aux effets spectaculaires. Même si on est content de retrouver une Milla Jovovich aussi badass qu'à l'accoutumée, on regrettera néanmoins l'absence de certains personnages des précédents films et l'introduction de nouveaux survivants à l'implication anecdotique. On ne s'ennuie cependant pas une seconde devant ce blockbuster efficace qui respecte les règles du genre et nous tient du début à la fin sans ennui. 

 

Ma note: 7/10 Bien

 

Film de Paul W.S. Anderson

Avec Milla Jovovich, Ali Larter, Iain Glen, Shawn Roberts

Sortie le 25 janvier 2017

 

SynopsisAlice, seule survivante de la bataille de Washington contre les zombies, doit retourner à l’endroit où le cauchemar a débuté : le Hive à Raccoon City. C’est là, qu’Umbrella Corporation a regroupé ses forces pour mener un assaut final contre les survivants de l’apocalypse.

 

Suivez mes critiques sur Twitter ou en devenant fan sur ma page Facebook.

Cinéma: Resident Evil, Chapitre Final - 7/10

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents