Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les critiques de Duartelittle

Les critiques de Duartelittle

Cinéma? Oui, surtout! Musique, séries TV, pièces de théâtre, comédies musicales, concert et autres spectacles? Aussi oui! En bien ou en mal, je “critique” tout (ou presque) ce que je vois. C’est subjectif et assumé, parfois décalé, souvent avec humour. Mon avis, mes goûts et mes couleurs, ça se discute… ou pas ;-)


Cinéma: La grande muraille - 7/10

Publié par Duarte Little sur 25 Janvier 2017, 14:10pm

Catégories : #Cinéma, #Action, #Aventure, #Fantastique, #LaGrandeMuraille

Cinéma: La grande muraille - 7/10

Mon avis en quelques mots:

UN PLAISIR COUPABLE, UNE RÉUSSITE INATTENDUE, IMPROBABLE ET KITSCH.

 

Critique: La grande muraille n'est clairement pas un film auquel on s'attend. C'est un savant et inattendu mélange de récit historique sur fond de culture asiatique qui rappelle "Le dernier samouraï" avec Tom Cruise et de conte SF improbable façon "Cowboys et envahisseurs" avec Daniel Craig. Mais là où ce dernier s'assumait clairement comme un WTF cinématographique, La grande muraille se prend trop au sérieux et au premier degré, alors qu'il est kitsch au possible. Est-il mauvais pour autant? Pas du tout! Car on lui pardonne assez vite de se prendre au sérieux tellement le divertissement visuel est jouissif.

 

La réalité historique? Il semblerait que tout le monde autour de ce film s'en foutait royalement, bien que je m'y connaisse peu en culture asiatique. L'anachronisme et l'incohérence plane par-ci, par-là (des femmes qui commandent une armée? J'ai du mal à le croire pour cette époque), quant à la crédibilité, elle est définitivement anéantie à l'apparition des créatures aliens. Cet anéantissement commence un peu avant d'ailleurs, lorsque les armées asiatiques défilent en technicolor, comme tout droit sorties de chez les "Power rangers" (cf photo plus bas). Le plus étonnant, c'est que le co-scénariste à l'oeuvre ici n'est autre que le scénariste du film "Le dernier samouraï"... qui se serait dit: je vais réécrire le même scénario mais en fumant de la drogue. Résultat garanti!

 

Mais faisons fi de la crédibilité, car le divertissement façon blockbuster est bien au rendez-vous: des effets spéciaux incroyables, des batailles épiques, des costumes flamboyants, des décors somptueux, des créatures plus drôles qu'effrayantes... Si La grande muraille s'était assumé comme un ovni WTF, il aurait gagné encore plus de points. Preuve en est que les références à d'autres films foisonnent, mais elles ne semblent pourtant pas toutes volontaires. Hormis les trois films précédemment cités, certaines scènes ne sont pas sans rappeler d'autres oeuvres: des créatures qui escaladent la muraille comme dans "World War Z" où des zombies s'amoncèlent le long d'un mur pour en atteindre le sommet; des combats au corps à corps et chorégraphiés façon "Tigre et Dragon"; un lancer de lampions comme dans "Raiponce" (référence hautement improbable et Ô combien involontaire je pense); des batailles épiques façon "Le seigneur des anneaux", sans pour autant en atteindre le niveau; et un pitch final en mode "Tuons la reine" digne de "Independence day"... Entres autres références reconnues, d'autres sont certainement présentes encore.

 

Ce qui est indéniable, c'est le plaisir coupable qui est pris à regarder et apprécier un film qui a pourtant tout pour être un nanar, et cependant, on en savoure chaque idée, chaque image. C'est visuellement beau et réussi, c'est esthétique tant par les décors et les costumes que par  la photographie, la lumière et les couleurs criardes et saturées. Le message d'héroïsme à l'américaine est évidemment présent, même si ici c'est l'image du héros à l'occidentale qui est mise en avant, avec sa leçon d'humilité à la clef. 

Cinéma: La grande muraille - 7/10

Casting: Matt Damon fait du Matt Damon: du héros combatif plein d'abnégation façon "Jason Bourne" (voir article ici) et ça marche plutôt bien, même dans un contexte pseudo-historico-asiatique. Celle qui sort son épingle du jeu c'est Jing Tian, en commandante dévouée et déterminée, jouée par une actrice montante qui s'américanise avec ce premier blockbuster occidental et que vous verrez bientôt dans "Kong: skull island" et "Pacific Rim 2". Pedro Pascal, un habitué des séries notamment vu dans "Narcos" et "Game of Thrones", complète le casting des rôles principaux en jouant l'acolyte ambivalent de Matt Damon, et Willem Dafoe, bouffon vert dans le "Spiderman" de Sam Raimi, le clôture avec un personnage anecdotique mais cependant utile dans la cohérence linguistique.

 

WTF: L'empereur a 12 ans? Sérieusement? Quoique, à bien y réfléchir, c'est peut-être le seul fait historiquement crédible.

 

Bilan: WTF, c'est l'impression globale et première qui ressort de La grande Muraille. Un film kitsch au possible et pourtant impeccablement réussi et appréciable, même s'il n'est pas assumé dans son absurdité et son improbabilité. Un feu d'artifice de couleurs et d'effets spéciaux pour un blockbuster qui gagne son pari en jouant les mauvais jetons. Bien joué. 

 

Ma note: 7/10 Bien

 

Film de Yimou Zhang

Avec Matt Damon, Jing Tian, Pedro Pascal, Willem Dafoe

Sortie le 11 janvier 2017

 

SynopsisEntre le courage et l’effroi, l’humanité et la monstruosité, il existe une frontière qui ne doit en aucun cas céder. William Garin, un mercenaire emprisonné dans les geôles de la Grande Muraille de Chine, découvre la fonction secrète de la plus colossale des merveilles du monde. L’édifice tremble sous les attaques incessantes de créatures monstrueuses, dont l’acharnement n’a d’égal que leur soif d’anéantir l’espèce humaine dans sa totalité. Il rejoint alors ses geôliers, une faction d’élite de l’armée chinoise, dans un ultime affrontement pour la survie de l’humanité. C’est en combattant cette force incommensurable qu’il trouvera sa véritable vocation: l’héroïsme.

 

Suivez mes critiques sur Twitter ou en devenant fan sur ma page Facebook.

Cinéma: La grande muraille - 7/10

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents