Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les critiques de Duartelittle

Les critiques de Duartelittle

Cinéma? Oui, surtout! Musique, séries TV, pièces de théâtre, comédies musicales, concert et autres spectacles? Aussi oui! En bien ou en mal, je “critique” tout (ou presque) ce que je vois. C’est subjectif et assumé, parfois décalé, souvent avec humour. Mon avis, mes goûts et mes couleurs, ça se discute… ou pas ;-)


Cinéma: Dalida - 5/10

Publié par Duarte Little sur 23 Janvier 2017, 16:35pm

Catégories : #Cinéma, #Drame, #Biopic, #Dalida

Cinéma: Dalida - 5/10

Mon avis en quelques mots:

UNE CONSTRUCTION NARRATIVE DÉCOUSUE QUI GACHE L'ÉMOTION DU DRAME.

 

Critique: J'avoue que j'ai eu un peu de mal à savoir ce que j'avais pensé de ce biopic. Il ne m'a pas déçu, certes, mais ne m'a pas pour autant surpris ou transporté non plus. Finalement, qu'avait-il de plus à apporter en termes d'informations sur la vie de la chanteuse que ce que l'on en connait et ce que pouvait déjà raconter le téléfilm du même nom de Joyce Bunuel sorti en 2005? Peu de choses, en fait. Et là où pouvait et devait se démarquer ce Dalida, version 2017, c'est par son traitement du fond et de la forme, sa mise en scène et son émotion. Le résultat est-il finalement à la hauteur? Pas suffisamment selon moi.

 

Ce qui m'a gêné, et comble de malchance, c'est ainsi que le film commence, c'est la construction chronologique de la première partie du film: on démarre au milieu de la vie de l'artiste, on revient en arrière à coup de flashbacks narratifs incessants, avant de reprendre le cours normal des choses à mi-film. C'est déstructuré et pas forcément agréable à suivre. Du coup, j'ai passé plus de temps à savoir où on en était qu'à me laissé porté par le film. C'est un choix de rythme certainement voulu par la réalisatrice qui devait y voir un intérêt certain, pour moi, ça n'a fait que desservir l'émotion qu'aurait pu me procurer le récit.

 

Fort heureusement, la deuxième partie du film s'en sort mieux, et dépeint avec justesse et tragédie le destin d'une femme hors du commun dont la gloire artistique n'avait d'égal que ses amours malchanceuses. Une vie jalonnée d'hommes qui l'ont d'abord aimé, puis tantôt délaissée, tantôt quitté... ou se sont tout bonnement suicidé, brisant au passage ses rêves de contes de fées et de maternité. Pourtant l'émotion n'y est pas, et si je dois admettre que la bande-son s'ingénie astucieusement à illustrer la vie de la chanteuse à travers ses chansons, sans passer par l'interprétation, la première partie déstructurée du film gache le plaisir de l'ensemble. On ne peut néanmoins nier la performance d'actrice de l'interprète de Dalida, qui brille par sa ressemblance et son mimétisme incroyable et criant de vérité. 

 

Casting: Sveva Alviti incarne Dalida plus qu'elle ne l'interprète. Bien que débutante, elle habite son personnage et parvient, malgré cette mise en scène déstructurée, à transmettre avec conviction toute la peine et la douleur vécues par la chanteuse iconique. A ses cotés, Riccardo Scamarcio, Jean-Paul Rouve et Nicolas Duvauchelle, entre autres, incarnent avec crédibilité les différents hommes qui ont marqué sa vie, et qui l'ont même souvent dirigé.

 

Bilan: Réussite en demi-teinte, Dalida brille plus grâce à l'interprétation de son actrice charismatique et habitée que par sa mise en scène et sa structure chronologique décousue. Le biopic manque d'émotion, bien qu'il relate assez justement une vie pleine de hauts artistiques et de bas sentimentaux. Un biopic finalement trop narratif et pas assez profond. 

 

Ma note: 5/10 Moyen

 

Film de Lisa Azuelos

Avec Sveva Alviti, Riccardo Scamarcio, Jean-Paul Rouve, Nicolas Duvauchelle

Sortie le 11 janvier 2017

 

Synopsis: De sa naissance au Caire en 1933 à son premier Olympia en 1956, de son mariage avec Lucien Morisse, patron de la jeune radio Europe n°1, aux soirées disco, de ses voyages initiatiques en Inde au succès mondial de Gigi l’Amoroso en 1974, le film Dalida est le portrait intime d’une femme absolue, complexe et solaire... Une femme moderne à une époque qui l’était moins ... Malgré son suicide en 1987, Dalida continue de rayonner de sa présence éternelle.

 

Suivez mes critiques sur Twitter ou en devenant fan sur ma page Facebook.

Cinéma: Dalida - 5/10
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents