Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les critiques de Duartelittle

Les critiques de Duartelittle

Cinéma? Oui, surtout! Musique, séries TV, pièces de théâtre, comédies musicales, concert et autres spectacles? Aussi oui! En bien ou en mal, je “critique” tout (ou presque) ce que je vois. C’est subjectif et assumé, parfois décalé, souvent avec humour. Mon avis, mes goûts et mes couleurs, ça se discute… ou pas ;-)


Cinéma: Les mini-critiques d'Octobre

Publié par Duarte Little sur 30 Novembre 2016, 14:15pm

Catégories : #Cinéma, #MissPeregrine, #MrWolff, #Snowden, #FriendRequest, #Inferno, #Tamara, #OuijaLesOrigines, #Cigognes&Compagnie

Vus aussi en septembre: MISS PEREGRINE, MR WOLFF, SNOWDEN, FRIEND REQUEST,  CIGOGNES & COMPAGNIE, INFERNO, TAMARA, OUIJA: LES ORIGINES;

... parce qu'on (donc moi) n'a pas toujours le temps de faire une critique complète pour chaque film, retour sur les autres films que j'ai pu voir cet été avec les mini-critiques.

Cinéma: Les mini-critiques d'Octobre

MISS PEREGRINE ET LES ENFANTS PARTICULIERS:

Tim Burton revient au top de sa forme dans un conte poétique et fantastique adapté du roman éponyme de Ransom Riggs. En mélangeant l'univers fantasque et magique de son "Alice au pays des merveilles", le colorama saturé de "Dark shadows", la panoplie de gamins au caractère unique de "Charlie et la chocolaterie" et la poésie glauco-monstrueuse des "Noces funèbres", le réalisateur signe une film d'aventure épique et plein d'imagination. 

Mystérieux et brillant, le film est tout à la fois épatant, éblouissant et époustouflant, tant dans le visuel que dans le traitement de son sujet. Avec des images d'une rare beauté, dopées par des scènes d'action aussi incroyables que spectaculaire (notamment la bataille de Blackpool, le combat final sur le ponton), et des effets spéciaux impressionnants, Burton renoue avec son style gothico-magique qui a fait sa renommée, et ce pour notre plus grand plaisir.

Avec au casting une Eva Green charismatique et envoutante, un Samuel L. Jackson drôle et effrayant, et une pléiade de jeune comédiens aussi étonnants les uns que les autres, Miss Peregrine et les enfants particuliers ne manque pas d'atout. C'est esthétique et magique, ça ne souffre d'aucune longueur et se regarde à tout âge.

8/10 Très bien

Cinéma: Les mini-critiques d'Octobre

MR WOLFF:

Un rôle taillé pour Ben Affleck, où il peut laisser libre-court à son inexpressivité tant celle-ci colle à ce personnage hors du commun: autiste, comptable et tueur à gages... un mélange improbable autant qu'il est efficace. Une fois la mélasse juridico-financière démêlée et intégrée, on peut se laisser emporter par ce thriller complexe et intelligent, qui brouille autant de pistes qu'il en ouvre. Rien n'est anodin, chaque détail est pensé et a son importance. Entre flashbacks explicatifs, corps à corps bien bourrins, et magouilles administratives, Batfleck est bien meilleur ici en comptable badass imperturbable qu'en justicier dans "Batman V Superman". Accompagnée d'une Anna Kendrick aussi gauche que touchante, ce duo inattendu convainc tant il est dissonant.

Un thriller classique mais ambitieux et intelligent qui ne manque pas de captiver.

7/10 Bien

Cinéma: Les mini-critiques d'Octobre

SNOWDEN:

Comment rendre passionnant et captivant un récit sur Edward Snowden, le lanceur d'alerte qui a révélé au grand jour les surveillances abusives de la NSA? Visiblement, on peut pas, car même Oliver Stone n'y est pas parvenu avec ce biopic aussi plat que son sujet. Le film n'a d'attrayant que son coté "histoire vraie", et a plus de points communs avec un documentaire sociétal qu'avec un thriller psycholo-geek. Le film n'explique pas grand chose et ne fait que raconter sans réel intérêt le parcours d'un patriote désabusé. Au mieux le film rend parano et méfiant outre-mesure, et n'élève son niveau de lecture que grâce à son jeu d'acteurs (Joseph Gordon-Levitt, Shailene Woodley, Zachary Quinto, entre autres)  et au final tant attendu: comment il a fait sortir les preuves et infos des bureaux de la NSA? Et la réponse est si surprenante qu'on en vient à se demander si ce ne serait pas le seul élément fictif du film. 

On regarde sans se passionner, et on s'informe sans s'ennuyer pour autant.

5/10 Moyen

Cinéma: Les mini-critiques d'Octobre

TAMARA:

Film potache et comédie adolescente, dans la lignée des "Profs", ce film, adapté de la BD à succès Tamara, ne séduit que par son approche sympathique et drôle d'un personnage complexé mais haut en couleurs, et ses personnages secondaires atypiques et caractériels: un mère protectrice et hystérique, une voisine alcoolique et désabusée (excellente), un beau-père saltimbanque, une demi-soeur trop mature, un père artiste et précieux... autant de personnalités qui enchainent les gags et les comiques de situations plus ou moins efficace. Feel-good-movie assumé, il en est presque trop optimiste malgré la scène classique d'infini désespoir qui précède la happy-end attendu. Un film plein d'espoir pour les grosses.

Sans surprise, parfois drôle, parfois cocasse, mais relativement attendu.

5/10 Moyen

Cinéma: Les mini-critiques d'Octobre

CIGOGNES & COMPAGNIE:

Le studio à l'origine de "La grande aventure LEGO" nous propose ici un film d'animation de haut vol (ah, ah, drôle) avec cette histoire surréaliste où une entreprise de cigognes livreuses de bébés s'est reconverti en multinationale de vente et livraison de produits en tout genre sur internet façon Amazon. Ce postulat de départ à la fois étrange, original et moderne permet ainsi de nous offrir un film à la fois drôle, inventif, survolté, loufoque et attendrissant, plein de bonnes idées, de gags hilarant, de punchlines efficaces et de surprises. Même s'il n'y a pas de twist final surprenant ou de coup de théâtre inattendu, le scénario, avec ses personnages hauts en couleurs (mention spéciale pour les loups), et ses notes d'humour et de sarcasme incessantes donnent à Cigognes & compagnie les atouts nécessaires pour en faire un film pour petits et grands, avec son soupçon d'émotions et de valeurs familiales.

Un très bon divertissement en somme, qui fait souvent rire, et toujours sourire.

7/10 Bien

Cinéma: Les mini-critiques d'Octobre

OUIJA, LES ORIGINES:

Ouija??? Et ben non, Ja toujours pas aimé!!!! Un peu plus d'un an après le dernier "Ouija" (voir l'article ici), qui n'était déjà pas très fameux, voici son préquel, pas plus fameux d'ailleurs. Alors ok, la fillette est flippante (comme la plupart des enfants possédés dans le films d'horreur), mais en dehors de ça, la tension ne monte pas, la terreur ne prend pas, c'est prévisible et sans relief, si bien qu'on en sort déçu prêt à se coucher sans risquer de mauvais rêves. 

Peut-être que si vous avez aimé le premier, celui-là vous plaira, dans le cas contraire, préparez-vous à une seconde déception.

4/10 Pas terrible

Cinéma: Les mini-critiques d'Octobre

INFERNO:

Troisième livre de Dan Brown à être adapté sur grand écran, Inferno reprend les ficelles de ces prédécesseurs. Quand "Da vinci code" se centrait sur les mystères l'art autour de Léonard de Vinci, avec un complot religieux en parallèle pour donner le rythme à coups d'énigmes, "Anges et Démons" se centrait sur la religion et les secrets du Vatican pour en faire un thriller ésotérique efficace. Inferno, c'est le mélange moins réussi de ces 2 opus: moins d'énigmes et plus d'action, c'est un peu la transformation maladroite d'Indiana Jones en Jason Bourne.

Pour un film d'action, le film vaut certes le déplacement. Mais même si l'univers artistique de Dante est à la base du récit, le coté jeu de piste et chasse au trésor est moins flagrant, et c'est dommage car c'est ce qui distinguait les adaptations de Brown du film d'action classique.

Cependant, on ne niera pas les décors somptueux des différents monuments italiens, une histoire qui se suit sans ennui, malgré un rythme qui ne décolle jamais, un coup de théâtre à mi-parcours qui a du mérite malgré tout, et un casting convaincant qui donne un rôle enfin plus présent à Omar Sy dans un film américain.

Un bon thriller, sans ambition, mais divertissant.

6/10 Pas mal

Cinéma: Les mini-critiques d'Octobre

FRIEND REQUEST:

Friend Request a réussi ce que "Unfriended" (voir l'article ici) avant lui avait raté: faire peur!

De ce point de vue là, on en a pour son argent, pas de doute: on sursaute, on palpite, on se crispe, on s'enfonce dans son siège et certain(e)s crient dans la salle parfois. La où "Unfriended" a misé tout son concept sur le réseau social, ne prenant jamais le parti de dire clairement si on a affaire à un tueur en série ou à une entité surnaturelle, Friend Request pose rapidement et clairement les bases: on est dans le film d'horreur surnaturel qui prend sa source sur Facebook, sans jamais le citer, mais qui construit aussi toute son intrigue autour du personnage inquiétant et flippant de Marina, usant du réseau social pour organiser sa tuerie. C'est judicieux et bien amené, avec un soupçon de mise en garde sur la dangerosité des réseaux sociaux, notamment concernant leur utilisation, ce qu'on y publie et les conséquences, mais sans jamais virer moralisateur.

Les décors sont glauques et terrifiants à souhait, densifiés par des effets spéciaux remarquables et inhabituels, où les effets de terreurs et de surprises sont amenés à bon escient et toujours justifiés et expliqués. Comme beaucoup de films du genre, le film finit sur une fin ouverte, laissant entrevoir un cercle vicieux sordide et sans fin.

Après Friend request, vous y réfléchirez à deux fois avant de supprimer quelqu'un de votre liste d'amis.

8/10 Très bien

 

Suivez mes critiques sur Twitter ou en devenant fan sur ma page Facebook.

Cinéma: Les mini-critiques d'Octobre
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents