Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les critiques de Duartelittle

Les critiques de Duartelittle

Cinéma? Oui, surtout! Musique, séries TV, pièces de théâtre, comédies musicales, concert et autres spectacles? Aussi oui! En bien ou en mal, je “critique” tout (ou presque) ce que je vois. C’est subjectif et assumé, parfois décalé, souvent avec humour. Mon avis, mes goûts et mes couleurs, ça se discute… ou pas ;-)


Cinéma: Les mini-critiques de Mai

Publié par Duarte Little sur 29 Juin 2016, 15:46pm

Catégories : #Cinéma, #MidnightSpecial, #LeLivreDeLaJungle, #AdopteUnVeuf, #TheoEtHugo, #Boulevard, #MoneyMonster, #GreenRoom, #MrHolmes

Vus aussi en Mai: MIDNIGHT SPECIAL, LE LIVRE DE LA JUNGLE, MONEY MONSTER, ADOPTE UN VEUF, BOULEVARD, GREEN ROOM, MR. HOLMES

... parce qu'on (donc moi) n'a pas toujours le temps de faire une critique complète pour chaque film, retour tous les mois sur les autres films que j'ai pu voir avec les mini-critiques.

Cinéma: Les mini-critiques de Mai

MIDNIGHT SPECIAL

Quand la science-fiction renoue avec ses premières amours, cela donne Midnight special. Un film fantastique qui n'est pas sans rappeler la SF des années 80 façon "E.T." qui captive le spectateur, tant par la force de sa narration que par le mystère de son intrigue.

Conte philosophique et familiale sur fond de pouvoirs surnaturels, le réalisateur Jeff Nichols use des effets spéciaux avec parcimonie et efficacité, bien loin du blockbuster classique. Tout n'est pas expliqué, mais tout n'a pas besoin de l'être dans cette cavale épique d'un père et son fils, pourchassés par une secte apocalyptique et des pouvoirs gouvernementaux.

La photographie est réduite au plus simple et au plus naturel, la mise en scène est travaillée dans le détail, la musique est discrète et lancinante... Midnight special est un petit bijou de SF dans un écrin de subtilité.

De la SF comme on l'aime.

7/10 Bien

Cinéma: Les mini-critiques de Mai

LE LIVRE DE LA JUNGLE

Après "Cendrillon" et "Maléfique", c'est au tour du grand classique Disney Le livre de la jungle de sortir en version Live... enfin "Live" c'est vite dis, puisque le jeune comédien qui joue Mowgli est le seul acteur en chair et os, les autres personnages (animaliers) étant en pixels et images de synthèse. Mais l'illusion est parfaite, et Disney a su ne pas reproduire l'erreur faite avec "Cendrillon", à savoir raconter la même histoire en live. Car bien que la base de l'histoire originale ait été conservée, le traitement est tel qu'on ne s'attend pas à tout, et le film pour enfants n'a pas à rougir de ses scènes d'actions aussi efficaces qu'inattendues mais sans la moindre surenchère.

Le film reste néanmoins accessible et familiale sans virer au blockbuster, l'esprit Disney est présent et fidèle à la philosophie du studio aux grandes oreilles.

6/10 Pas mal

Cinéma: Les mini-critiques de Mai

ADOPTE UN VEUF

Comédie légère à la française, sans prétention, sans ambition et sans surprise. 

Les ficelles classiques de la comédie made in France sont reprises ici sans grande originalité, avec quelques bons mots bien sentis, quelques situations cocasses, son twist dramatique et son happy end attendu.

On s'ennuie pas forcément, mais on s'éclate pas pour autant. Disons que ça passe le temps et que ça se regarde sans réfléchir.

4/10 Pas terrible

Cinéma: Les mini-critiques de Mai

THEO ET HUGO DANS LE MÊME BATEAU

Ca commence comme un film porno, clairement, avec une scène orgiaque de près de 20 minutes. On va pas se mentir, on est pas dans la suggestion, on montre. Ames sensibles s'abstenir.

Quant à la suite du film, on assiste aux démabulations de deux jeunes garçons dans les rues de Paris. C'est romantique un court instant, jusqu'à ce que la question du VIH vienne foutre le bordel dans ce début de romance.

En fait, Theo et Hugo est un long-métrage de prévention, et de ce point de vue là, il a beaucoup à apprendre à beaucoup de gens en ce qui concerne la trithérapie d'urgence. Dans une société où le VIH fait encore peur, mais où trop de gens se croient encore à l'abri, le film posent de bonnes questions, et apporte de bonnes réponses.

Seul b-mol, le jeu des deux jeunes acteurs laisse un peu à désirer au début du film, mais va progressivement en s'améliorant, à croire que la romance soit plus difficile à jouer que l'angoisse face à la maladie.

Film essentiellement instructif, mais néanmoins mignon.

6/10 Pas mal

 

Cinéma: Les mini-critiques de Mai

BOULEVARD

On continue dans la catégorie film gay et pourtant pas très joyeux, avec Boulevard et Robin Williams dans son dernier rôle. 

L'histoire, c'est celle d'un vieil hommme marié qui s'éprend d'un jeune prostitué sans jamais lui demander un quelconque échange charnel. Le film est à la fois poétique et dramatique et Robin Williams compose une de ses plus belle partition, portant le film à lui seul.

A la fois touchant et émouvant, parfois déprimant, Boulevard ne tombe pourtant jamais dans la mièvrerie et trouve le ton juste. N'attendez pas le happy end, il n'y en a pas, et le film en gagne d'autant plus en réalisme, car dans la vraie vie, les choses ne finissent pas toujours bien, on le sait. On en sort pas avec le sourire aux lèvres, c'est certain, mais sans déception non plus.

6/10 Pas mal

Cinéma: Les mini-critiques de Mai

MONEY MONSTER

Un mot: "Wahou"

Quand un film a la bonne idée de vous surprendre, il ne faut tarir d'éloges à son sujet.

A la fois thriller captivant et critique de la société, Money monster a l'avantage d'offrir de la reflexion, en plus du divertissement. A l'image de "The big short" ou plus récemment "The truth" (voir l'article ici) qui expliquaient respectivement la crise de 2007 et un scandale politico-médiatique, Money monster explique comment tirer les ficelles de la finance, comment les médias gèrent l'information, comment l'argent contrôle tout, et comment les plus modestes sont impuissants face aux puissants de Wall Street.

C'est instructif, certes, mais c'est aussi stressant, angoissant et terriblement captivant. Car bien loin de simplemement présenter des faits, le scénario est parfaitement monté comme un thriller addictif, tenant le spectateur de bout en bout, comme pris en otages à l'image des héros du film.

Porté par un trio d'acteurs excellents dans leur rôles respectifs (George Clooney, Julia Roberts et Jack O'Conell), Jodie Foster signe ici un thriller magistral, d'actualité et dans l'ère du temps tout en fusillant les pouvoirs de la presse et de l'argent.

A ne pas manquer

9/10 Excellent

Cinéma: Les mini-critiques de Mai

GREEN ROOM

"THE" déception du mois! Ca m'apprendra à aller voir un film en me fiant à l'affiche, sans lire l'histoire ou regarder la bande-annonce.

Je m'attendais à un survival épique, un "Panic room" 2.0, un classique de l'horreur ou de la boucherie... mais non, rien de tout ça!

Film chiant et sans envergure, où des méchants nazis stéréotypés veulent faire taire les témoins inopportuns d'un meurtre en jouant à un jeu étrange et sordide de cache-cache, le film est vite ennuyeux et pathétique. Sur fond de musique hard rock et de personnages bizarres, le film se noie dans sa propre ambition de vouloir rivaliser avec les slashers de haute voltige.

Si on en est pas au niveau navet, en tout cas, on en est très proche.

2/10 Très mauvais

Cinéma: Les mini-critiques de Mai

MR HOLMES

Alors non, je ne dirais pas que le film était mauvais. Mais il est loin de ce j'aurais pu en attendre.

En grand fan du Sherlock de Robert Downey Jr. et de la série "Elementary" avec Jonny Lee Miller,  desquels j'apprécie respectivement l'humour et la mise en scène façon blockbuster pour l'un et l'approche moderne du personnage pour l'autre, cette version du célèbre résident de Baker street m'a laissé un goût amer.

Un peu comme l'a fait Phyllida Lloyd avec Meryl Streep pour "La dame de fer" (voir l'article ici), Mr Holmes raconte une double histoire, une double enquête: l'une au présent, l'autre en flash-back. Et si la deuxième approche nous présente un détective perspicace lors de sa dernière enquête, la première nous montre un homme sous une perspective bien moins valorisante, un homme dont la vieillesse lui faire perdre la boule et la mémoire.

Ce traitement, que certains pourront apprécier, j'en conviens, n'a pourtant pas remporté mon adhésion. Cette narration double casse le rythme et dénature l'image du célèbre détective dont la fin de vie n'intéresse que peu.

Vivement le prochain Sherlock de RDJ

4/10 Pas terrible

 

Suivez mes critiques sur Twitter ou en devenant fan sur ma page Facebook.

Cinéma: Les mini-critiques de Mai
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mackno 25/09/2016 00:53

Franchement pas d'accord avec votre critique de Green Room. Si on aime les films de genre, celui serait carrément réussi. On peut ne pas aimer mais lui mettre une telle note, ça en devient ridicule. Ca ne donne absolument pas confiance en tout cas dans vos autres critiques...

Duarte Little 02/12/2016 23:07

Cette note, est le reflet de mon ressenti, et c'est ton droit de ne pas être d'accord.
Je peux comprendre que si tu as aimé, tu ne te fieras pas à mes autres critiques... A contrario, quelqu'un qui n'a pas aimé tout comme moi aura certainement plaisir à lire et à s'y fier, à mes autres critiques

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents