Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les critiques de Duartelittle

Les critiques de Duartelittle

Cinéma? Oui, surtout! Musique, séries TV, pièces de théâtre, comédies musicales, concert et autres spectacles? Aussi oui! En bien ou en mal, je “critique” tout (ou presque) ce que je vois. C’est subjectif et assumé, parfois décalé, souvent avec humour. Mon avis, mes goûts et mes couleurs, ça se discute… ou pas ;-)


Cinéma: Expendables 2 - 8/10

Publié par Duarte Little sur 6 Mars 2015, 22:14pm

Catégories : #Cinéma, #Action, #Expendables

ARCHIVE - ARTICLE ECRIT EN SEPTEMBRE 2012

A l'occasion de la sortie au cinéma de "Expendables 2: unité spéciale", retour sur ces deux films d'action au casting incroyablement chargé en nostalgie et en testostérone.

 

EXPENDABLES: UNITE SPECIALE

Cinéma: Expendables 2 - 8/10

Alors, je dois le confesser, c'est la veille d'aller voir la suite que je me suis attelé au visionnage du premier épisode. Pas très amateur de ce genre de films, je me suis laissé tenté par tout le bien qu'on m'en disait... A tort! J'ai été très déçu car j'ai finalement vu exactement ce à quoi je m'attendais: une déferlante de muscles et de testostérone qui vient appuyer et soutenir tant bien que mal un scénario qui ne vole pas bien haut. En même temps, il faut admettre que pour ce genre de films, le scénario n'est qu'un prétexte tout juste bon à justifier les scènes d'actions, qui sont ici aussi classiques et attendus qu'à l'accoutumée: explosions en séries, mitraillages ininterrompus, bastonnades en cascades et autres coups de canif bien placés.

Même si l'on doit reconnaître des efforts au niveau de la maîtrise de la mise en scène, une pointe d'humour distillé timidement ça et là (le caméo de Schwarzenegger étant le moment le plus drôle), et des combats d'homme à homme athlétiques, le tout garde néanmoins l'aura des films d'actions des années 80/90 dans lesquels ont joués les différents acteurs. Bien entendu, si l'on a été fan des ces films, on aimera "Expendables", mais en l'occurrence, ce n'est pas mon cas. Le film mise sur un effet nostalgique prononcé, malgré certains acteurs récents (Jason Statham notamment), et ne prend finalement que la qualité technique des films d'aujourd'hui.

En définitive, un film d'action explosif, comme il y en a eu beaucoup d'autres, comme on en fait peut-être plus aujourd'hui. Mais est-ce vraiment un mal?

Ma note: 3/10 Mauvais

En résumé: "Du bourrin, sans trame et sans âme"

 

EXPENDABLES 2: UNITE SPECIALE

Cinéma: Expendables 2 - 8/10

 

Fort de ma déception du premier épisode, c'est presque à contre-coeur, en traînant les pieds, que je me rendu dans une salle obscure pour la suite de ce qui avait été pour moi un revival raté du film d'action des années 80/90 (aussi bien au niveau du casting que du genre)... Quelle n'aurait pas été mon erreur de manquer ça! Cette suite est une excellente surprise, car ce que j'ai pu reprocher à "Expendables", je ne peux décemment pas le reprocher à sa suite qui m'a beaucoup surpris et qui est une totale réussite. Certes le scénario ne vole pas beaucoup plus  haut cette fois-ci non plus, mais le film gagne en arguments percutants. D'abord son casting (qui était déjà extraordinaire avec Stallone, Statham, Lundgren et Jet Li entre autres) dopé par la présence de Chuck Norris et Jean-Claude Van Damme, ainsi que le retour de Bruce Willis et d'Arnold Schwarzenegger sur le devant de la scène cette fois. Ensuite, un humour second degré extrême et absolument jouissif où la dérision est le maître-mot. Enfin, des scènes d'actions explosives et captivantes empruntent de beaucoup d'originalité.


Car il faut le dire, c'est cet humour corrosif et hyper-référencé qui donne une toute autre dimension au film. Les références aux films cultes des différents acteurs sont légion: de "Rambo" à "Terminator", en passant par "Piège de cristal", les situations et répliques qui rappellent d'autres films sont multiples et hilarantes (et encore, je ne suis pas expert en la matière). Le jeu des acteurs est clairement dans l'auto-dérision, ils ne se prennent pas une seconde au sérieux. Un "Yipikai" par ci, un "I'll be back" par là, tout le monde en prend pour son grade jusqu'à Chuck Norris qui cite lui-même une de ses célèbres "Chuck Norris Jokes"... "Expendables 2" foisonne néanmoins de nouvelles répliques qui ont tout pour devenir tout aussi cultes.

Coté action, on est pas en reste, avec un humour toujours présent, les scènes d'actions sont magistralement orchestrées, qu'il s'agissent de pétarades à coups de gros fusils, de charges violentes à gros coups de tank, ou de corps à corps quasi-chorégraphiés, à mains nues ou au couteau. La scène finale de l'aéroport est tout juste sublime, réunissant enfin tous ces gros bras dans un seul et même combat.

"Expendables 2" relève le défi que n'avait pas relever le premier du nom: surprendre et innover dans un genre légendaire, en transformant la nostalgie en humour pour le plus grand plaisir de nos yeux et de nos zygomatiques. Et préparez-vous, on parle déjà d'un troisième épisode avec en prime Nicholas Cage, et peut-être Harrison Ford ou Steven Seagal (il ne manquait plus que lui).

Ma note: 8/10 Très bien


En résumé: "Un humour second degré au service d'une action détonnante"
 

 


CASTING:

A casting exceptionnel, critique exceptionnelle. Tour d'horizon des monstres du cinéma d'action américain d'hier et d'aujourd'hui, célébrés dans ces deux opus:

 

Rendu légendaire grâce à ses personnages de "Rocky" et "Rambo", Sylvester Stallone et sa gueule de bad boy dirige ici cette petite troupe de mercenaires impitoyables qui collectionnent les cadavres. D'un jeu égal à lui-même, il ne surprend ni n'étonne dans son interprétation, mais ne déçoit pas pour autant... Il fait simplement du "Stallone"! A ses cotés en tête d'affiche, Jason Statham, "Le transporteur" le plus célèbre, joue les bras droit indispensable. D'une agilité remarquable, ses scènes de combats au couteau, d'homme à homme, sont absolument magnifiques, limites artistiques, notamment dans le 2 lorsque qu'il revêt un costume de prêtre. Ma culture Statham étant limitée, je ne pourrais dire si comme son acolyte, il fait du pur "Statham", il fait en tout cas du bon cinéma d'action.

 

Bruce Willis, alias John McLaine dans la série des "Die hard", se joint enfin à l'action avec ses camarades dans ce deuxième épisode, YIPIKAI!!! Vrai-faux méchant, sans que l'on sache vraiment pour quel équipe il joue, sa partition est excellente tant dans l'action que dans les bons mots. Il reste dans son jus, et ne manque pas de répliques caustiques à l'encontre de son ami Governator, j'ai nommé Arnold Schwarzenegger qui le lui rend bien d'ailleurs car... il est revenu, il nous avait bien prévenu. Ce dernier prend lui aussi plus part à l'action dans cette suite et ce pour notre plus grand bonheur, même si on sent que l'âge et les années sont passées par là et que la forme n'est plus la même. Et son personnage ne manquera pas de le notifier à la fin du film.

De son coté Chuck Norris fait du "Chuck Norris", et c'est bien tout ce qu'on attendait de lui. Il se contente de deux apparitions dans le deuxième épisode, à la limite du caméo, mais ses interventions sont simplement mémorables. Arrivant sur fond d'un grand classique du western, il déambule nonchalamment au beau milieu des fusillades, dégommant à tour de bras, sans craindre que les balles ne le touchent car "Chuck Norris n'évite pas les balles, ce sont les balles qui évitent Chuck Norris"! Uniquement présent dans cette suite lui aussi, Jean-Claude Van Damme est bien le seul à sembler se prendre au sérieux en méchant Vilain (c'est son nom). Alors oui, il ne manquera pas de nous faire grâce de deux "High kick rotatif" à l'ancienne, mais il manquait un grand écart pour compléter le tableau du mythe, même s'il semble avoir écrit lui-même les répliques de son personnage. Jet Li, grand nom du cinéma d'action asiatique, réussit à se faire une place parmi tous ces gros bras et se distingue par sa maîtrise des arts martiaux. Dolph Lundgren, "The Punisher", est victime de délit de sale gueule en jouant les traîtres pas si impardonnables. Liam Hemsworth n'a lui pas la chance de se faire une place parmi ces montagnes de muscles, faute de temps. Découvert dans "Hunger Games", c'est la belle gueule qui dénote au milieu de tous ces dinosaures. Enfin, car on ne pourra pas tous les citer, la touche féminine au milieu de toute cette testostérone prend les traits de Yu Nan. Loin d'être une touche de fraîcheur, elle a toute l'agilité et l'énérgie d'une "Lara Croft", et saura ce faire sa place au milieu de tous ces mâles bodybuildés.

 

Suivez mes critiques sur Twitter ou en devenant fan sur ma page Facebook.

Cinéma: Expendables 2 - 8/10

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents